Cognitive dissonance resolution depends on episodic memory

L’équipe de Neurologie du Pr Lionel Naccache à La Pitié-Salpêtrière démontre que le phénomène psychologique de « dissonance cognitive » dépend étroitement de la mémoire épisodique : nos préférences sont modifiées par nos choix passés exclusivement lorsque nous nous souvenons d’eux.

Nos préférences subjectives déterminent nos actions mais l’inverse est moins intuitif. Or ces travaux publiés dans la revue Scientific Reports montrent que dans certaines situations nos actions passées influencent en retour nos préférences et nos jugements subjectifs actuels. La découverte de cette propriété originale ainsi que la mise en évidence de son mécanisme cérébral éclairent d’un jour nouveau la dissonance cognitive > Allez sur PubMed.gov